Kobido

Massage anti-âge ancestral Japonais, le Kobido apporte jeunesse à votre visage, il re-galbe les traits, raffermit la peau et lisse les rides. Le Kobido agit également sur d’autres aspects de la peau : drainage, énergie, microcirculation sanguine, renouvellement cellulaire, toxine…

 

Il était autrefois pratiqué exclusivement sur les impératrices et les geishas pour masquer les signes de vieillesse cutanée de leur visage.

Pratiqué seul ou intégré à d’autres techniques, (nous vous proposons d’intégrer 30 minutes de Kobido à votre soin Tata Harper ou Honest), le Kobido séduit grâce à son incroyable effet liftant. Mais en remontant aux origines de ce massage, nous nous rendons vite compte qu’il y a Kobido et Kobido.

Le Kobido doit être pratiqué régulièrement, comme le yoga, ou le sport il est important pour en tirer les meilleurs effets à court et surtout à long terme de le faire aussi souvent que possible et de se masser à la maison.

D’OÙ VIENT LE KOBIDO ?

Son histoire a démarré il y a cinq cent quarante ans dans une petite auberge de Suruga (aujourd’hui Shizuoka, au sud du mont Fuji) lorsque deux des meilleurs maîtres de l’Amma (la toute première forme de massage avant le shiatsu) se sont affrontés autour d’une démonstration de « Kyoku-te », un soin du visage réalisé avec une technique de percussion particulière, la main pliée. À la fin de la compétition qui a duré plusieurs mois, aucun vainqueur n’a été désigné. Les deux maîtres qui se respectaient ont préféré unir leurs talents pour fonder une maison de beauté : la Maison Kobido. C’est ainsi qu’ils ont établi 48 techniques de massage distinctes de l’Amma, qui se sont ensuite transmises de maître à élève, au fil des générations.

Le Dr Shogo Mochizuki, médecin et spécialiste du massage japonais, est le maître de la vingt-sixième génération de la maison Kobido.

Il explique : « Kobido n’est pas la traduction de “massage japonais” mais signifie ”voie de beauté ancestrale”. En réalité, le massage japonais ne porte pas de nom, et les façons de le pratiquer sont multiples. Les techniques de la Maison Kobido sont simplement les plus anciennes et les plus réputées. »

Depuis 1990, Shogo Mochizuki dispense son enseignement à travers le monde. « C’est une formation exigeante qui connaît peu d’élus ». Le maître accepte peu d’élèves, l’apprentissage est rigoureux et nécessite plusieurs années avant de maîtriser toutes les techniques.

QU’EST-CE QUI LE DIFFÉRENCIE DES AUTRES MASSAGES ?

Le Kobido est plus qu’un massage. C’est un art traditionnel, au même titre que l’origami ou la cérémonie du thé, qui repose sur une grande rigueur. Il a des ressemblances avec les massages dits « profonds », qui agissent jusqu’au niveau des muscles. Extrêmement complexe, il est basé sur plus d’un millier de techniques, qui sont divisées en 48 catégories. Dans chacune d’entre elles, plusieurs variantes sont proposées en fonction de la partie du visage sur laquelle elles sont appliquées. Elles sont réalisées avec une crème, et non une huile pour garder le contact étroit avec les tissus.

C’est un enchaînement de gestes synchrones (lissages, pétrissages, percussions, vibrations, etc.) qui a tout d’une chorégraphie.

Un côté du visage est travaillé, puis l’autre. Selon l’intensité et la vitesse à laquelle les gestes sont réalisés, l’action sur les structures du visage est plus ou moins profonde, le but de la séance étant de provoquer un véritable effet « lifting » du visage.
On se relève de la table de massage avec la sensation d’une peau très ferme, comme « injectée ».

ON EN ATTEND QUOI ?

Comme tous les massages asiatiques, le Kobido travaille sur l’équilibre du « chi », l’énergie vitale. Il stimule aussi la microcirculation cutanée et le flux lymphatique, pour un meilleur apport nutritif aux cellules et drainage des déchets métaboliques.

D’où cet effet de « visage repulpé » et de teint éclairci à la fin du soin. Mais il a également une action sur les tissus cutanés, qu’il raffermit, et sur les muscles qu’il relaxe afin de lisser les rides d’expression. Enfin, il tonifie le visage et lui rend tout son galbe.

Pour un résultat optimal, prévoyez dix séances rapprochées (à raison de deux par semaine), puis une séance d’entretien tous les 15 jours/1 mois.

TARIFS:

30 minutes de Kobido à intégrer à un soin du visage à la carte (Tata Harper ou Honest) : + 90€
60 minutes de Kobido : 140€
Cure de 10 séances de Kobido 60 mn : 1200€